EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Propositions des VERTS DE BOURGOGNE

pour une autre politique régionale de l’environnement

dimanche 4 avril 2004

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Le constat en Bourgogne : un patrimoine naturel riche, mais très menacé.

1. Des pressions sur les milieux fragiles à haute valeur écologique Les prairies inondables reculent d’un tiers en vingt ans.Des kilomètres de haies sont arrachées chaque hiver, les pays de bocage sont défigurés. Les forêts, notamment dans le Morvan, sont menacées par l’enrésinement et la diminution de leur richesse faunistique et floristique. Les zones protégées sont très peu nombreuses, et le programme de protection de la biodiversité « Natura 2000 » peine à se mettre en place

2. Des menaces sur la ressource en eau Pollutions métalliques importantes des milieux aquatiques superficiels Pollutions d’origine agricole et notamment viticole en augmentation. L’analyse des teneurs en triazines ( herbicides) montre que 27% des habitants de la Bourgogne disposent d’une eau dont la teneur maximale en pesticides a dépassé la norme (0.1 mg par litre). Près de 9% de la population est concernée par des contaminations bactériologiques occasionnelles et près de 3% par des contaminations fréquentes.

3. Les risques « naturels » aggravés par des modifications brutales de l’environnement L’artificialisation des lits de rivière (constructions, infrastructures, diminution des prairies naturelles, remblaiements en zones inondables…) et les modifications des méthodes agricoles aggravent les fréquences et les dégâts des inondations. Les coulées boueuses se multiplient, conséquence d’une érosion excessive due à l’extension des grandes cultures, à l’arasement des haies en milieu viticole.

4. Déchets : des déchets dangereux ne sont pas collectés de façon satisfaisante, les matériaux contenant de l’amiante par exemple. Les déchets radioactifs produits par le CEA de Valduc et au moins 7 autres établissements, ainsi que 2 anciennes usines d’uranium, posent le problème du risque de contamination radioactive. La partie fermentescible des ordures ménagères et les déchets verts, sont trop peu exploités. Partout on tente de nous imposer la solution polluante , dépassée, de l’incinération. Les déchets des artisans, ceux du bâtiment et des travaux publics sont insuffisamment collectés et plus de 1000 dépôts sauvages extrêmement dangereux car incontrôlés parsèment le territoire.

5. Des sols altérés Les sols de la région subissent une érosion accrue, et des altérations chimiques dues aux pollutions industrielles, agricoles, ou aux infrastructures qui amènent métaux et hydrocarbures. La modification du couvert végétal accélère l’acidification, notamment sous les plantations de résineux. Nous héritons de plus de 5500 anciens établissements industriels ou commerciaux dont le sol est potentiellement pollué. La richesse des sols agricoles et leur caractère original de « terroir », si important en viticulture mais aussi pour les autres productions de qualité, sont menacés si on ne favorise pas fortement une agriculture moderne, respectueuse des milieux, économe en intrants.

D’autres nuisances altèrent la qualité de la vie, notamment le bruit, les mauvaises odeurs, qui traquent les habitants des zones défavorisées jusqu’au plus profond de leur habitation, ne leur laissant aucun refuge. Les riverains des routes et autoroutes, des porcheries industrielles, des usines polluantes, le savent bien.

Parce qu’elles sont humainement inacceptables, mais aussi économiquement désastreuses, toutes ces altérations de la qualité de la vie doivent être combattues d’urgence, et certaines régions s’y attaquent mieux que la nôtre

Des propositions en matière d’environnement

Création d’une agence régionale de l’environnement

Plan de sauvetage du bocage

Plan de développement des énergies renouvelables

Soutien au volet environnemental des CTE

Relance sur des bases nouvelles d’un programme pour les technologies propres et pour la sécurité industrielle.

Action forte en faveur des milieux naturels, de Natura 2000 en particulier.

Préservation et gestion écologique des forêts

Plan « rivières vivantes »

Ces programmes spécifiques ne doivent par ailleurs pas faire oublier que la préoccupation environnementale n’est efficace que si elle s’inscrit dans une volonté globale de préservation de la qualité de vie, pour nous et pour les générations futures. L’ensemble des actions de la région doit encourager un développement durable, au service des hommes d’aujourd’hui certes, mais sans altérer les ressources essentielles à la vie des hommes de demain. Transports, industrie, agriculture, enseignement, aménagement du territoire, doivent aussi intégrer de façon audacieuse les préoccupations liées à l’environnement.

Top
Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or | L’ours
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon