EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Ecoprem : des subventions en question

Intervention de Wilfrid Séjeau à la session du 29 octobre 2004 du conseil régional

mercredi 3 novembre 2004

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Le groupe Vert souhaite faire part de ses doutes quant à la pertinence des aides du CRB à la SAS Ecoprem. Pour mémoire, l’activité de cette société consiste essentiellement en la valorisation de sous-produits de l’industrie agro-alimentaire : huiles végétales usées, d’alcools spéciaux.

Habitant à 10 km de cette entreprise, j’ai eu de nombreuses fois l’occasion de m’y rendre. J’ai rencontré son directeur et l’association de riverains qui souffrent des nuisances importantes générées par cette entreprise.

Des aides publiques déjà nombreuses et de plus en plus discutables.

En 2003 :

  • dans le cadre du PREMED, 196 000 euros de FEDER
  • un Prêt régional à la création de 75 000 euros
  • un Prêt régional au développement économique de 75 0000 euros.
  • Conseil Général de la Nièvre : 10 000 euros

Aujourd’hui on nous demande de délibérer pour un nouveau prêt de 75 000 euros. Ce qui porte le total des concours public à un montant de 431000 euros.

En mars dernier nous avons notamment fait campagne sur l’idée que les aides de la Région aux entreprises devaient être conditionnées à la création d’emplois durables et au respect de l’environnement. J’ai de plus en plus de doute sur la capacité de l’entreprise Ecoprem à répondre à ces critères.

Le site de Prémery, ou se situe Ecoprem, anciennement exploité par l’entreprise Lambiotte est très sérieusement pollué. Résultat d’années de silence sur les infractions à la réglementation environnementale, au droit du travail. Ecoprem exploite un outil de production très ancien. En matière de respect de l’environnement l’activité de cette entreprise n’est en rien rassurante.

  • Depuis le début de son activité l’entreprise émet des odeurs à certain moment insupportables pour l’ensemble des habitants de la commune.
  • A la demande de l’association locale DECAVIPEC et des élus Verts (Alain Cordier et moi) : demande à la DRIRE pour connaître l’impact sanitaire de ces effluents.
  • Le 12 octobre : arrêté préfectoral demandant à l’exploitant « une analyse du risque sanitaire pouvant résulter des produits (odorants ou non) émis à l’atmosphère… »
  • Des installations pas adaptées : août nouvel épisode de pollution de la Nièvre : rapport de gendarmerie. Le CSP a fait des prélèvements.
  • Courrier à la DRIRE le 10 août, alerté par l’association, problème des boues : réponse le 15 octobre. Les eaux de ruissellement de Lambiotte : sol chargé en hydrocarbures notamment.

Problème de confiance, problème sérieux d’impact sur l’environnement. Les aides de la Région devraient être conditionnées à de sérieux efforts en la matière.

Problèmes de pollution et d’atteinte à la qualité de vie des riverains : le silence des élus locaux nous rappelle la triste époque du chantage à l’emploi de Lambiotte. On voit aujourd’hui le résultat d’une telle politique. Usine fermée, terrains gravement pollués (et on n’a certainement pas fait toute la lumière), des ouvriers malades.

Cette entreprise est-elle viable ? Quel sera le bilan d’Ecoprem pour 2004 : Les indicateurs de santé financière de l’entreprise sont au rouge. Les sollicitations récurrentes d’aides publiques n’incitent pas à l’optimisme.

Les aides de la région : emplâtre sur une jambe de bois.

Les Verts sont sensibles à la situation dramatique du bassin d’emploi de Prémery, pour autant cela n’autorise pas à prêter à fond perdu à une entreprise sujette à caution sur le plan du respect de l’environnement

A défaut d’avoir des éléments supplémentaires ou des engagements de l’exploitant notamment en matière d’environnement le groupe Vert votera contre ce PRDE.

Intervention de Wilfrid Séjeau, Conseiller régional Vert de la Nièvre.

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon