EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Conseil municipal du 13 décembre 2004

De l’utilité de l’impôt

Intervention du groupe des élus Verts

mardi 21 décembre 2004

"Les impôts permettent de traduire concrètement les fondements de la République (Liberté, Egalité, Fraternité) ainsi que les préceptes de la Déclaration des Droits Humains (droit à l’éducation, à la culture, au logement, au travail, à la santé…). C’est la part de chacun au pot commun, vecteur de cohésion sociale."
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Intervention sur le budget primitif.

Monsieur le Maire, chers collègues

Qu’au cours du débat sur le budget primitif (BP) il soit question d’impôts, de fiscalité, cela semble logique. Que les arguments technico-techniciens servent de cache-sexe à la quadrature du cercle à laquelle est confrontée toute collectivité, à cette époque d’adoption de leur BP, en dit long sur l’exercice douloureux que vivent nos collègues de l’opposition. Depuis de nombreux mois, nous sommes confrontés au désengagement de l’Etat, sous couvert de décentralisation, depuis de nombreux mois de nombreux services, associations, collectivités locales et territoriales constatent ce que cela signifie concrètement, j’insiste, concrètement sur le terrain, celui de la vie quotidienne de nos concitoyens. Et de fait, l’équilibre budgétaire des collectivités territoriales et communales devient complexe à réaliser.

Je me permets de rappeler que les impôts permettent de traduire concrètement les fondements de la République (Liberté, Egalité, Fraternité) ainsi que les préceptes de la Déclaration des Droits Humains (droit à l’éducation, à la culture, au logement, au travail, à la santé…). C’est la part de chacun au pot commun, vecteur de cohésion sociale. Or le choix politique du néo-libéralisme remet tout en cause. Non seulement la fracture sociale s’amplifie mais elle se couple avec l’affaiblissement de la démocratie sur fond d’urgence environnementale

C’est tout à l’honneur de notre équipe de conjuguer équilibre budgétaire et réalisations de nos engagements de 2001, et ce en dépit du désengagement de l’Etat depuis les élections de 2002.

Depuis 3 ans, nous voyons déjà les effets de nos réalisations, la ville change, et sa vitalité se traduit sur tous les plans, je l’avais déjà souligné lors du débat sur le BP 2004.

Cette dynamique se poursuit, et nous tenons à en souligner quelques aspects, ainsi :

  • la rénovation et l’amélioration des quartiers prenant en compte la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale)
  • la poursuite de l’extension du secteur piétonnier, la valorisation des places de la ville
  • le développement du réseau des pistes cyclables,
  • le développement de la démocratie locale avec le renouvellement des conseils de quartiers et l’amélioration des conditions de fonctionnement des associations grâce à la rénovation du centre municipal des associations,

Au travers de cette liste non exhaustive, les dijonnais peuvent constater l’utilité de leurs impôts.

Certes, les dépenses de personnel représentent 59% du budget principal. Certes, cela est analysé financièrement comme une charge très lourde. Politiquement, l’analyse est plus subtile : en effet, les dépenses de personnel, notamment dans le domaine de la petite enfance, de l’éducation et de la culture, des sports représentent non seulement un service rendu à la population qui a mis au pot commun pour cela, mais traduisent aussi l’ossature permettant que la cohésion sociale, la place dans la cité ne soient pas que des formules creuses. Les personnels eux-mêmes contribuent au financement de la vie de la cité, et ils montrent par la qualité de leurs actions que le service public, loin d’être obsolète, est plus que jamais nécessaire pour toute la population.

Je voudrais, pour en terminer, attirer votre attention sur la hausse de + de 9% prévue pour l’achat des combustibles. Ce coût n’est pas conjoncturel.

Liées à la raréfaction des ressources, les tractations financières des groupes pétroliers et autres énergies fossiles vont aboutir à une crise structurelle majeure de l’offre énergétique d’ici peu. Le pic optimum de la production mondiale de pétrole, au-delà de laquelle celle-ci décroîtra inexorablement, est actuellement estimé aux alentours de 2010/2015 notamment par un géologue King Hubbert, d’où son nom attaché au pic, le pic de Hubbert.

La maîtrise des dépenses énergétiques, l’incitation aux économies d’énergie, le développement de l’efficacité énergétique constituent une politique responsable pour faire face au pic de Hubbert. L’heure est à l’apprentissage de la sobriété pétrolière et énergétique : nous pouvons agir, dès maintenant, non par catastrophisme mais par civisme. C’est tous ensemble que nous aurons à relever ce défi car tous nous y serons confrontés. Et les collectivités doivent d’ores et déjà montrer l’exemple.

Pour notre ville, nous sommes déjà dans cette démarche, or celle-ci est rendue difficile, tout de même, par la suppression des crédits d’Etat pour les PDU (Plans de Déplacements Urbains), par exemple. Car il n’y a pas que les transferts de charge, il y aussi la suppression sèche des crédits d’Etat.

Notre équipe est solide, Monsieur le Maire, je ne doute pas qu’elle sache prendre les orientations nécessaires pour faire face aux défis planétaires qui auront forcément des répercussions à notre échelon. En tout cas, les Verts s’inscriront pleinement et activement pour y faire face.

Pour le groupe des élus Verts, Catherine Hervieu

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon