EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Bulletin du Groupe Vert juillet 2005

Tranches de vie au conseil municipal

Catherine Hervieu, présidente du groupe Vert

jeudi 1er septembre 2005

Les séances du CM constituent l’officialisation des projets, des actions menés par la majorité. Certains dossiers cristallisent des débats permettant d’analyser les différentes lignes de clivage politique. Des choix sont faits qui ne l’auraient pas été si la municipalité était majoritairement Verte. Pour quoi insister sur une évidence ? Parce que trop souvent, les reproches qui nous sont formulés n’en tiennent pas compte. Humblement, nous pensons que travailler à « écologiser » les politiques publiques dans la mesure de nos moyens est tout aussi important que le travail associatif et militant. En revanche, on ne peut qu’avec ce qu’on a et ce qu’on est.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Voici donc, un condensé de quelques tranches des CM de la première moitié de l’année.

Conseil Municipal du 31 janvier 2005

  • Le Plan de Déplacement des Employés (PDE) propre aux services municipaux a été mis en délibération : son application devenait urgente. Les changements de comportements en matière de transports, de déplacement sont impératifs à tous les niveaux, celui de la collectivité locale compris. La vitesse de dégradation de la qualité de l’air, du changement climatique, nous commande d’agir au plus vite et la municipalité se doit de montrer l’exemple. Ne soyons pas pour autant naïfs : la complexité administrative, les résistances culturelles voire politiques sont autant de freins dans ce domaine (comme dans d’autres). On l’a vu pour des actions fussent-elles symboliques dans un premier temps (cf la levée de boucliers même dans nos rangs face au vœu limitant la circulation des véhicules les plus polluants adopté en novembre 2004). Il faut noter que l’enquête auprès des employés municipaux afin de faire l’état des déplacements domicile/travail a montré qu’une majorité de ceux-ci résident en dehors de Dijon et même de l’agglomération : nous retrouvons une des caractéristiques du mitage du territoire que Jean-Patrick Masson a développé dans l’éditorial du bulletin n°11. La desserte du territoire en terme de transports collectifs, adaptés aux réalités socio-économiques et environnementales doit devenir une priorité, cela relève aussi de la compétence du conseil général.
  • Si la carte scolaire n’est pas directement du ressort d’une municipalité, son avis est néanmoins sollicité par l’Inspection Académique. Comme depuis de nombreuses années, la carte scolaire se caractérise par des fermetures de classe reposant sur une gestion strictement comptable des flux d’élèves indépendamment de la prise en compte de la diversité et la complexité du travail sur le terrain. La scolarisation de qualité des plus fragiles est notamment mise à mal : enfants handicapés, enfants en difficultés d’apprentissage (cf intervention de Catherine Hervieu sur le site des Verts Côte d’Or).
  • Des employés du CHU sont venus manifester lors de ce CM à propos de la restructuration des services de nuit et de jour : elle se traduit (comme dans l’Education Nationale) par une baisse des effectifs au détriment de la qualité des services de soins.
  • La proposition que la ville adhère au réseau « métropoles Rhin-Rhône » (outre Dijon, il y aurait Besançon, Mulhouse, Montbéliard et Belfort). La mise en place d’un consensus général pour que Dijon soit une « étoile ferroviaire à 5 branches » passe aussi par ce type de réseau. Or les branches Sud et Ouest ainsi que l’éventualité d’une gare nouvelle à Dijon posent de sérieuses questions en matière de coût financier, de coût environnemental, d’aménagement du territoire et de politique de transports. Les Verts locaux et régionaux sont très attentifs à l’évolution de ce dossier et veilleront à peser au mieux pour éviter la gabegie financière d’ores et déjà annoncée sur ces projets d’infrastructure.

Conseil municipal du 21 mars 2005

  • La délibération au sujet d’une convention avec EDF/GDF a donné l’occasion au groupe des élus Verts d’exprimer leur opposition au projet de pôle de compétitivité nucléaire en Bourgogne (cf article de Catherine Hervieu dans le bulletin n°11). Christine Durnerin est intervenue en expliquant que si le groupe Vert avait effectivement voté cette même convention en 2003, il s’abstenait de voter non pas sur l’objet de la convention elle-même mais à cause du contexte lié au pôle de compétitivité nucléaire. Position déjà affichée lors du conseil communautaire le 17 mars.

Conseil municipal du 9 Mai 2005

  • Lors de la délibération au sujet d’une convention d’occupation temporaire du domaine public par des antennes relais de radiotéléphonie, les Verts ont fait rajouter des amendements à cette convention : ceux-ci introduisent une obligation engageant les parties signataires en se référant au guide des bonnes pratiques édité par l’association des Maires de France avec notamment la mesure des champs électromagnétiques et la possibilité de recours en cas de trouble anormal de voisinage lié à l’installation en question..
  • La LINO a fait l’objet d’un rapport ambigu, qui détournant les conclusions de la commission d’enquête, a été rédigé de telle sorte que le principe d’une LINO 2X1 voie soit rappelé. La droite en est restée coite.
  • Suite au vœu déposé par le groupe communiste à propos de la campagne pour le désarmement nucléaire, Catherine Hervieu est intervenue pour rappeler que la prolifération des armes nucléaires repose aussi sur le développement industriel de l’énergie nucléaire, la difficulté à sécuriser totalement l’ensemble des filières industrielles et militaires, d’autant que l’étanchéité entre elles n’existe pas.

Conseil municipal du 27 juin 2005

  • Le budget supplémentaire : son adoption a donné lieu à quelques échanges entre le paire et l’opposition finalement peu dignes d’intérêts au regard des problèmes majeurs auxquels le monde doit faire face… de même que la majorité des dijonnais. L’intervention des Verts (portée par Catherine Hervieu) met en exergue l’augmentation du coût des combustibles et du gaz. Raréfaction des ressources d’une part, changement climatique d’autre part commandent de la part des collectivités leur prise en compte : pour des raisons financières certes, pour les urgences environnementales, sanitaires, climatiques aussi. Le recours à l’énergie nucléaire n’est pas la solution à la crise énergétique et climatique.
  • L’école des gens du voyage : la suppression de cette école avec le redéploiement des classes à l’école Mansart et l’école Petites Roches devait être entérinée. Le débat sur ce rapport a rappelé des lignes de clivage importantes quant à la diversité des populations. Véronique Thyébault a démontré sa méthode : manipuler les émotions (leurs inquiétudes et interrogations, légitimes par ailleurs) des gens en construisant une pseudo rationalité politique qui se résume ainsi « exclure les-pas-comme-nous ». C’est vrai que cela rassure ! D’où son vote contre le projet. Laurence Karoubi s’arc-boutait à une vision idyllique des années 70/80 sans avoir réaliser l’ampleur de la nécessaire rénovation du terrain d’accueil des gens du voyage et donc de l’école. La difficulté majeure concerne les adolescents qui, comme ceux de l’ensemble de la population, ne voient pas vraiment de perspective dans un avenir radieux, ni de place dans la société.

Catherine Hervieu

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon