EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Non à l’état d’urgence de triste mémoire !

La véritable urgence est sociale et démocratique

Rassemblement à DIJON, vendredi 18 novembre 2005

mercredi 16 novembre 2005

Les Verts se joignent à l’appel lancé à l’initiative du "Collectif pour une autre Europe" en vue d’un rassemblement le 18 novembre 2005 à 17h30 devant la Préfecture à Dijon
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article


Alors que la révolte des jeunes des quartiers populaires semblait retomber, le gouvernement fait voter par le Parlement la prolongation de l’état d’urgence de trois mois et annonce que les CRS resteront dans les cités. Le gouvernement continue sa politique du pire. Le chômage, la pauvreté, la dégradation des conditions de logement, de vie, dans les quartiers populaires transformés en ghetto, avec en prime les contrôles policiers au faciès, le mépris, les provocations, sont les véritables causes de la révolte des jeunes. La répression ne peut qu’aggraver les choses.

Si le gouvernement voulait offrir la moindre chance à la jeunesse, il aurait, aujourd’hui, des gestes d’apaisement. C’est l’inverse qu’il fait. En plus de l’état d’urgence, il vient de décider que les jeunes condamnés par les tribunaux seraient expulsés s’ils étaient étrangers, même en situation régulière. C’est le retour à la " double peine " déguisé. Le gouvernement a ressorti une loi de 1955, votée à l’époque de la guerre d’Algérie pour intimider les classes populaires et empêcher le mécontentement croissant de s’exprimer.

On ne répond pas à une crise sociale par un régime d’exception. C’est l’urgence sociale et démocratique qui est à l’ordre du jour.

Nous affirmons solennellement que nous mettrons en œuvre tous les moyens démocratiques pour nous opposer à cet état d’exception.

Nous souhaitons ouvrir une autre perspective que celle qui a conduit à l’impasse actuelle. Cela passe par la mise à jour de quatre exigences fondamentales : la vérité, notamment sur la mort des deux jeunes adolescents de Clichy-Sous-Bois, la justice, l’égalité et le respect.

C’est aussi mettre en œuvre, une réelle politique nationale de lutte contre les discriminations et pour l’égalité des droits. Il faut mettre en œuvre une autre politique de l’emploi, une autre politique sociale, une autre politique des services publics, si l’on veut réellement reconstruire le tissu social dans les banlieues et les quartiers pauvres.

Nous le dirons le vendredi 18 à Dijon au représentant de l’Etat en manifestant à 17h30 à la Préfecture.

Nous le redirons aussi, le samedi 19 novembre, à Paris, lors de la manifestation nationale pour la défense des services publics].


Mot-clé :
Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon