EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Interrogé par le Journal du Centre (58)

Dérapage contrôlé (?) de F. Patriat sur le nucléaire

Les Verts réagissent vivement !

samedi 25 mars 2006

"[...] j’en ai assez de faire le grand écart entre les Verts et le nucléaire. On a un pôle [nucléaire] bourguignon qui a sa légitimité, son efficacité et son avenir." (F. Patriat)
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Dans une interview parue le 22 mars 2006 dans le Journal du Centre - Nièvre -, François PATRIAT, président du conseil régional de Bourgogne, franchit le Rubicon en déclarant vouloir soutenir le pôle nucléaire bourguignon.

A la question "Autre sujet, l’écologie. Est-ce vraiment une de vos priorités ?" Il répond : "Le développement durable est une urgence, que ce soit par la filière bois, solaire, éolienne, la cogénération ou la biomasse. Mais je vais avoir une ligne très claire. Pour 1 euro investi dans le nucléaire, il y aura 1 euros dans le développement durable. Ce sera désormais mon slogan, j’en ai assez de faire le grand écart entre les Verts et le nucléaire. On a un pôle bourguignon qui a sa légitimité, son efficacité et son avenir."

A cette déclaration de guerre, du style "entre le nucléaire et les Verts j’ai choisi", Wilfrid SEJEAU, président du groupe Vert au Conseil régional de Bourgogne, réagit par le communiqué ci-dessous :


Que cherche François Patriat ?

En annonçant son soutien au pôle nucléaire bourguignon le Président du Conseil régional met en danger l’existence même de sa majorité. Son point de vue à l’emporte-pièce, sur un sujet aussi sérieux, nuit également à la cohérence de l’action régionale :

  • Son slogan tout d’abord : « 1 euro pour le nucléaire, 1 euro pour le développement durable » ? En 2006, la Région investira au bas mot 13 millions d’euros en faveur des politiques de développement durable. Vouloir une parité avec le soutien au nucléaire aboutirait simplement à augmenter considérablement des sommes consacrées à l’atome qui sont pour l’heure très faibles au regard du budget régional.
  • Une double attitude qui brouille les cartes : le désengagement de l’Etat est un fait que nous dénonçons, les négociations autour du futur contrat de plan illustrent jusqu’à la caricature son retrait et l’absence de concertation qui lui sert de méthode d’action. Mais on ne peut à la fois dénoncer cette réalité et, dans le même temps, courir financer des politiques lancées par l’Etat, les pôles de compétitivité, dont il devrait assurer lui-même le financement. François Patriat ne dénonçait-il pas cette politique il y a encore quelques mois, qualifiant les pôles « d’usines à gaz » ?
  • Toujours le grand écart ! Alors que le Parti Socialiste a pris position au niveau national contre la construction du nouveau réacteur nucléaire EPR, le président socialiste de la région Bourgogne soutien un pôle qui vise son développement et, par là même, la relance du nucléaire. Le PS serait-il contre l’EPR mais pour sa construction en Bourgogne ? En tous cas, cette prise de position contrarie les chances d’aboutir à un accord entre le PS et les Verts pour les prochaines échéances électorales.

En Allemagne, le développement des énergies renouvelables va créer plus de 170 000 emplois. La France et la région Bourgogne vont-elles continuer à miser sur une énergie qui laissera des déchets radioactifs pour des milliers d’années ? Si c’est le cas, ce sera sans les Verts !

Wilfrid SEJEAU, président du groupe Vert au Conseil régional de Bourgogne


A lire :

Mot-clé :
Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon