EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Débat au Grand Dijon du 18 mai 2006

Aéroport Dijon-Longvic : le projet "Renaissance"

Intervention de Catherine Hervieu

mardi 23 mai 2006

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Nous ne pouvons que nous satisfaire de la qualité, de l’intensité, de la richesse de ce débat. C’est en quelque sorte rattraper l’erreur de départ qui a conduit à l’instruction déplorable de ce projet. Tant mieux.

Pour revenir aux objectifs du projet lui-même : lorsqu’à l’horizon 2013 où il est dit que l’activité aérienne commerciale deviendrait rentable, quel sera alors le contexte international du marché et des échanges énergétiques nécessaires aux transports ? Eviter cette analyse prospective dans l’instruction de ce dossier est pour le moins désinvolte voire irresponsable.

Par ailleurs, cette habitude d’envisager les dossiers, les projets à l’aune de la concurrence entre villes, territoires, régions conduit à des erreurs d’appréciation et ce projet « Renaissance » en est une belle illustration. Les grandes villes et autres agglomérations se « tirent la bourre », excusez-moi l’expression, mais elle traduit bien ce qui semble se jouer : à moi l’aéroport, le salon X, la grande école Y, l’entreprise Z etc… Favoriser, renforcer ces processus de concurrence exacerbés ne nous permettra pas de faire face à la relocalisation prévisible des activités de production et d’échanges du fait du réajustement obligatoire de la production énergétique.

La tension de l’approvisionnement en énergie ne doit pas être amplifiée par les tensions entre territoires, les rivalités entre territoires. Cela ne se décrète pas, cela s’envisage en amont. Or nous sommes dans cette période de l’amont. Et prévenir ces tensions passe par la mutualisation des coûts sur des projets communs et non rivaux, sur la solidarité entre territoires, communes etc…

Le projet Dôle-Tavaux aurait dû devenir un bon exemple de cette méthode de travail. Y-a-t-il eu une réelle volonté politique de le faire aboutir ?

Je voudrais pour finir me féliciter de l’évolution de leur position sur ce dossier de la part de certains collègues : cela montre à nos concitoyens que rien n’est forcément joué d’avance et peut-être permettre même de les réconcilier avec la gestion de la chose publique alors que sur le plan national force est de constater qu’il y a de quoi désespérer non seulement Billancourt, mais St Apollinaire et aussi Chenôve et aussi Sennecey et aussi Dijon et aussi bien d’autres…

Mot-clé :
Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon