EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Exonérations fiscales au profit du Pôle nucléaire de Bourgogne

Les élus Verts à la région montent au créneau

Session extraordinaire du 25 septembre 2006

vendredi 29 septembre 2006

Intervention d’Alain CORDIER, Vice-président du conseil régional de Bourgogne, délégué à l’Environnement, au Développement durable et à l’Energie
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Pôle nucléaire Bourguignon : mensonges et irresponsabilité

Dans le débat sur les cadeaux fiscaux aux entreprises des pôles de compétitivités, qu’une partie de l’Exécutif régional souhaite faire passer, en espérant des soutiens à droite, nous sommes indignés par deux aspects de la question, par deux ruptures avec les politiques que jusque là nous mettions en place ensemble. D’une part, il y a là instauration d’une inégalité dans les traitements des entreprises, d’autre part il y a le soutien au pôle nucléaire.

Nous avons été élus, vous et nous, M. le Président, sur un programme précis, que nous avons rédigé ensemble après négociation, sur un programme largement approuvé par les Bourguignons le 28 mars 2004, avec plus de 20% d’avance sur la liste arrivée en second. Ce programme ne prévoyait ni cadeaux fiscaux à certaines entreprises, ni choix énergétique en faveur du nucléaire.

Pour justifier ce reniement des engagements pris devant les électeurs, vous utilisez toujours les mêmes arguments : l’emploi, l’avenir forcément radieux de la filière nucléaire, l’absolue nécessité pour la France de lancer une nouvelle génération de centrales atomiques…. Ces arguments auraient eu plus de force, plus de légitimité républicaine, si vous les aviez défendus pendant la campagne électorale, si les électeurs avaient été prévenus de ces choix. Ils auraient encore eu plus de force si, allant jusqu’au bout de votre admiration pour la technologie nucléaire, vous aviez proposé un site bourguignon pour l’implantation d’un de ces miraculeux réacteurs…. Mais vous le savez bien, la campagne aurait alors tourné bien autrement. Il est plus facile aujourd’hui de proposer de fabriquer en Bourgogne ces nouvelles centrales EPR qu’on installera… dans d’autres régions. »

Des emplois par milliers ?

L’avenir est aux énergies renouvelables, qui ne polluent pas, qui sont quasiment inépuisables à notre échelle, qui ne portent pas atteinte aux grands équilibres indispensables à la vie sur cette planète. On pourrait donc en Bourgogne développer un grand pôle énergétique, qui lui assurerait des milliers d’emplois durables, sur un panel varié d’énergies renouvelables et de travaux améliorant l’efficacité énergétiques. Filière bois, matériel solaire, éoliennes : voilà qui créerait des emplois locaux, impossibles à délocaliser, des emplois durables. Il faudrait même dans ce pôle faire une place au nucléaire, parce que même dans la perspective d’une sortie du nucléaire, que nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter, il faudra bien gérer pendant de nombreuses années les conséquences du nucléaire, il faudra bien gérer les déchets, démanteler les centrales. Combien de temps encore faudra - t’il acheter en Allemagne ou ailleurs nos éoliennes et notre matériel solaire ? Vous m’avez dit, M. le Président, accepter l’idée que je défends depuis des années de l’implantation d’une usine de panneaux solaires. Ne croyez vous pas que cette initiative conforme nos accords électoraux devrait accaparer nos énergies plutôt que ce soutien à la filière nucléaire ?

L’avenir de la filière nucléaire

Sept minutes : c’est le temps qui restait, il y a exactement deux mois, dans la centrale suédoise de Forsmark pour éviter un accident nucléaire majeur. Un ancien responsable et constructeur de réacteur a déclaré à la presse suédoise : « c’est un pur hasard si la fusion du coeur n’a pas eu lieu ». Oui, on peut perdre le contrôle d’un réacteur, dans un pays occidental d’habitude réputé pour la précision de ses technologies ! Oui, on risque un accident nucléaire à cause de simples courts circuits ! Non, nos enceintes de réacteurs ne supporteraient pas des attaques terroristes aériennes ! Non, aucune compagnie n’accepte d’assurer l’industrie nucléaire ! Tout le monde dans nos pays démocratique à conscience de cette singularité de l’industrie nucléaire. C’est une des raisons qui fait dire à la très conservatrice Agence internationale de l’énergie que la production d’énergie nucléaire atteindra son pic d’ici 10 ans et commencera à décliner.

En France, le projet que vous défendez pour notre pays, je suppose, M. le Président, c’est le « projet socialiste pour la France » largement distribué par votre parti. Que dit-il au sujet du nucléaire ? Ces seuls mots page 28 : « nous réduirons la part du nucléaire en faisant passer à 20% d’ici 2020 et à 50% à plus long terme la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie ». Ah bon ? Vous envisagez d’engager la Bourgogne dans une filière que par ailleurs vous voulez voir péricliter peu à peu ? Mieux encore, votre parti a voté contre le lancement des centrales EPR à l’Assemblée nationale et vous voulez lancer la Bourgogne tête baissée dans la production des pièces indispensables à cette filière ? Où est la logique M. le Président ?

Allez vous diviser vote parti ? Mettre en péril votre majorité pour des sommes dérisoires au regard des sommes englouties par la filière nucléaire ? par des sommes dont vous avouez qu’elle peut bien entendu se passer, pour des raisons purement idéologiques donc ? Retrouvons la raison, le goût de la promesse tenue, la loyauté. Il est encore temps.

Alain Cordier


Bureau du Groupe VERT / conseil régional de Bourgogne

5, avenue Garibaldi 21000 Dijon

Tel : 03 80 30 07 12 / Fax : 03 80 30 82 54

e-Mail : lesverts CR-Bourgogne.fr

Mot-clé :
Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon