EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Conseil municipal du 26 mars 2007- Intervention du Groupe Vert

A propos de l’avis à donner sur une subvention du Conseil général à l’Eldorado

Par Catherine Hervieu, présidente du groupe des élus Verts

dimanche 1er avril 2007

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Monsieur le Maire, chers collègues,

La diffusion des films d’Art et Essai est un problème dans le contexte global de concentration de la production, de la distribution et de l’exploitation de ces œuvres. Ce processus de concentration qui s’est mis en place dans les années 60/70, s’est considérablement accéléré depuis le début du siècle. En témoin, le recentrage sévère de la variété des films retenus au Festival de Cannes entre 2000 et 2006 par exemple.

Localement, la mobilisation des amis de l’Eldorado et de l’Eldorado lui-même depuis un an illustre les difficultés de distribution et d’exploitation de l’Art et Essai.

Ici, il est sans doute intéressant de rappeler l’esprit de la loi de 1982 sur le cinéma et l’audio-visuel. Celle-ci créait, entre autre, un outil d’aide à la production, la distribution et l’exploitation des œuvres Arts et Essai via un fonds de financement prélevé sur les billets d’entrées et les films diffusés à la télévision. Démarche volontariste de la puissance publique qui, à l’époque, savait traduire les espoirs à l’aune des attentes en matière de démocratie culturelle et de soutien à la création.

Or concernant le volet distribution et exploitation, il paraît légitime de se poser la question de l’application de la loi, en terme de régulation des processus de concentration évoquée plus haut, sur le territoire de l’agglomération puisque outre Dijon, Quétigny est aussi concerné. Et comme dans beaucoup de domaines, le dossier Eldorado et plus largement celui de l’offre cinématographique, doit être appréhendé au minimum sur le territoire intercommunal, voire plus. Ce qui a sans doute présidé à la demande légitime de subvention au CG.

Il y a un consensus large pour reconnaître la place et le rôle spécifique de l’Eldorado en matière d’éducation populaire, de diffusion et d’exploitation des films d’Art et d’Essai. Pour autant, il y a une certaine hypocrisie à afficher ce discours ici et à travailler par ailleurs au sein de formations politiques qui n’ont eu de cesse de dévoyer la loi de 1982 dès qu’elles en ont eu la possibilité. Ce qui est dommage. L’Eldorado, l’Art et Essai méritent mieux. Certes, la complexité de la situation, les intérêts complètement antagonistes des 3 exploitants actuels sont à prendre en compte. La municipalité de part son soutien manifeste, je vous renvoie aux différentes subventions engagées, a légitimité à dire, à orienter et ne pas mettre sur le même plan celui qui fait des affaires immobilières et commerciales et celui qui contribue à un rayonnement culturel de la ville, qui est impliqué dans des actions d’éducation populaire. Pour les Verts, l’engagement de la puissance publique auprès de ceux qu’elle soutient doit se retrouver dans sa méthode de travail et de négociations.

Comme dans l’ensemble du champ culturel, les activités dans le domaine du cinéma ne peuvent pas reposer uniquement sur l’initiative privée et être soumises aux seules contraintes du marché et de la libre concurrence. Cela aboutit au dévoiement que nous devons constater et que les Verts dénoncent : tout devient un PRODUIT. Un film, une tomate, un logement, une paire de chaussures, une voiture, une jupe, et même un candidat/une candidate à une élection… sont équivalents via cette sémantique commerciale et marketing. C’est trompeur, et participe à la confusion caractéristique du débat publique depuis plusieurs décennies.

C’est pourquoi les Verts soulignent et appuient la volonté de développement de la participation citoyenne porté par les Amis de l’Eldorado dans le cinéma. Et au-delà des structures associatives, les différentes activités relevant du cinéma mais aussi de l’ensemble du champ culturel peuvent aussi s’appuyer sur les structures de l’économie sociale et solidaire dans lesquelles s’applique le principe un homme ou une femme = une voix.

Pour conclure, nous donnons évidemment un avis positif quant à la demande subvention auprès du CG.

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon