EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Une gestion écologique du Service des Espaces Verts de Dijon

Les voeux de Christine Durnerin au Service des Espaces Verts

mercredi 4 février 2009

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Depuis quelques années nous avons pris l’habitude de nous réunir à l’occasion de la nouvelle année. Période propice à ce type de réunion : l’année culturale semble encore loin de nous et la saison hivernale peu propice aux travaux de la terre permet de vous réunir nombreux aujourd’hui.

Il me semble important qu’une fois l’an tout le service ait l’occasion de se réunir ainsi : l’organisation de vos activités par secteur, bien que bénéfique à plus d’un titre, ne vous permet pas de construire des liens conviviaux de manière aisée au sein du service. C’est donc aussi l’occasion pour vous d’échanger et de montrer l’ensemble des réalisations des uns et des autres au cours de l’année précédente.

L’année dernière à la même époque j’esquissais un bilan de 7 années passées à vos côté. Un bilan positif bien entendu, mais je me rappelle avoir ressenti une certaine réticence à nous projeter tous ensemble dans l’avenir. Tout étant suspendu au mois de mars...

C’est donc avec un grand plaisir qu’une fois de plus je me retrouve devant vous en ce jour de grand frimas. Je voudrais, une fois n’est pas coutume, profiter de cet instant pour esquisser les grandes lignes de notre action commune pour les années à venir. Vous n’êtes pas sans savoir que Mr le Maire et son équipe ont été reconduit par les Dijonnais sur un programme qui souhaite faire de notre ville une « référence écologique » d’ ici la fin de notre mandat. Vous vous doutez bien que cette ambition n’est pas pour me déplaire et que je souhaite vivement que le service « parcs et jardins » soit un moteur en la matière.

Forte du bilan personnel que j’ai pu tirer du mandat précédent, des réflexions menées avec l’appui de certains d’entre vous au cours des derniers mois, je me propose aujourd’hui de vous présenter les orientations qui, je l’espère, nous serons communes, pour les années à venir. J’ai parfaitement conscience que mes propositions arrivent dans un contexte difficile pour tous. Les difficultés économiques impactent l’ensemble de notre société et notamment les collectivités territoriales. Rendre à nos citoyens le service qu’ils sont en droit d’attendre de nous avec des marges budgétaires de plus en plus contraintes, voilà un des défis qui nous attend !

A nous d’être inventifs, constructifs et enthousiastes afin de répondre au mieux à ces attentes et ces défis.

Je reste persuadée qu’une gestion écologique du service doit nous permettre tous ensemble de répondre aux attentes des dijonnais, de faire face aux enjeux écologiques : qualité de l’air, qualité des eaux, qualité de la terre, et ce sans dérives financières.

Tout au long des années à venir le programme « dijon ensemble » sera notre feuille de route , parmi les 100 propositions quelques unes nous concernent directement : 14 : créer un parc naturel de l’ouest dijonnais, 15 : encourager la plantation d’arbres en ville, 18 : utiliser des solutions alternatives à l’usage des pesticides, mais d’autres éléments du programme concernent aussi l’activité du service : le plan « Ouche rivière propre », l’ éco-PLU, le tramway, les nouveaux espaces verts liés au projets urbains : état-mat, mais aussi ceux qui accompagnerons tous les projets de logements et d’infrastructures de services (rond-point)

En parallèle, je vous propose de travailler tous ensemble à appliquer ces éléments du programme tout en améliorant le fonctionnement global du service selon des critères écologiques.

Nous ne partons pas de rien : au cours du précédent mandat nous avions déjà développer plusieurs points : la réduction de l’utilisation des phyto-sanitaires les économies d’eau et d’énergie, la bio-diversité végétale, la gestion différenciée etc...

Mais au moment de faire le bilan de ces pratiques il est apparu peu aisé de recueillir des données pertinentes. Il sera donc nécessaire de poursuivre et d’amplifier les bonnes pratiques tout en mettant en place des indicateurs fiables et aisés à collecter afin que tout un chacun puisse mesurer l’action du service.

L’objectif de gestion écologique devra être l’affaire de tout le service : équipes de secteurs, élagueurs, bureaux, serres, encadrement. Tous, où que vous vous trouviez, dans votre pratique professionnelle, vous aurez à prendre votre part dans l’action, et donc vous aurez votre mot à dire.

Il faudra dans un premier temps partager ensemble la connaissance du service : quel est son impact sur l’environnement ? Émanation de gaz à effets de serres ? Quantités de phyto utilisés ? Quantité d’eau ? De papier ? Quantité d’essence ? De gasoil : donc nombre de tontes, ramassage des feuilles ?

A partir de cette connaissance : comment agir ? Quelles sont les marges de manoeuvre ? Quelles pourraient être les pratiques alternatives à celles dont nous avons l’habitude pour celles qui s’avéreraient néfastes ? Aurons-nous besoin de formation spécifiques à ces nouvelles pratiques ? Les actions définies il faudra alors les mettre en place, mesurer leur impact et leur pertinence au regard de l’objectif premier qui est de faire de notre service une référence en matière écologique. Je m’impliquerais fortement dans ce travail que je souhaite mener avec vous tous. Car tous vous avez des compétences, des savoirs , des idées et je souhaite que ce soit l’occasion de les exprimer. Car notre objectif commun n’aboutira qu’avec l’adhésion de tous à la démarche que je vous propose. Avec l’aide de M. Souman , Mme Emeriau, M. Milder, M. Collignon et de tous ceux que j’oublie, je souhaite pouvoir rapidement vous proposer un calendrier de travail dans lequel il y aura forcément des réunions, des moments de réflexion, d’échanges etc...

Je suis bien consciente d’avoir pris le risque de vous effrayer en vous donnant l’impression de vouloir révolutionner tous vos procédés de travail. Là n’est pas mon intention, je vous rassure. Je souhaite simplement que nous nous inscrivions tous ensemble dans un processus dynamique d’évolution. La labellisation Iso 14001 peut représenter un outil d’accompagnement dans cette démarche. Obtenir le Label pour le service serait l’accomplissement d’une telle démarche. Dans un premier temps je souhaite simplement que nous nous inspirions des outils développés dans la démarche pour enclencher notre propre dynamique.

Enfin, cette nouvelle approche devra être accompagnée d’une meilleure communication envers le grand public  : je sais bien qu’il ne s’agit pas de votre coeur de métier mais nous devrons être inventifs à ce sujet-là aussi. Car les Dijonnais doivent nous accompagner aussi dans nos évolutions : un pissenlit en fleur en ville ne signale pas forcément une baisse du niveau de service mais une approche plus écologique du traitement de l’espace public. Et si quelques tontes de moins, un ramassage de feuille un peu ralenti ou quelques adventices en plus pouvaient nous permettre d’avoir une meilleure connaissance du patrimoine naturel de notre ville et de partager cette connaissance avec le plus grand nombre, j’aime à croire que les dijonnais s’y retrouveront.

Pour conclure, je me rend compte avoir souhaité beaucoup de choses au cours de ce propos. Permettez moi maintenant de vous souhaiter à toutes et tous une année 2009 la plus heureuse possible pour vous et vos proches. Une bonne santé, de grands et petits bonheurs et une saison culturale propice.

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon