EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Conseil Municipal du 9 novembre 2009

Pour un ECO-PLU à la hauteur des ambitions affichées

Intervention de Catherine Hervieu sur l’Eco-PLU

lundi 30 novembre 2009

Les enjeux climatiques, démographiques et d’aménagement du territoire évoluent très vite : rappelez-vous, il n’y a pas si longtemps, dans cette assemblée, il y avait quelques élus pour nier la réalité du changement climatique. Vous me direz qu’il y en a d’autres.... Juste pour dire que si l’ECO-PLU nous engage dans une vision de la Ville à 20 ans et – donc de l’agglomération de fait- nous devons faire en même temps de la prospective. Celle-ci nous permettant de poser les bases de réorientations nécessaires à terme.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Une ville Harmonieuse

Une ville harmonieuse est une ville où les différents pôles de vie ne sont pas cloisonnés en tant qu’entité spécifique : ainsi les grands quartiers à vocation mixte sont à privilégier et il serait judicieux d’intégrer celui du centre ville dans cette démarche. Veiller à la mixité de ces grands pôles tout en veillant à leur liens avec les autres quartiers est un défi important pour une ville qui se veut douce à vivre.

Des logements

Le besoin criant de logements trouve des réponses volontaristes dans l’ECO-PLU. La mise en avant, dans la concertation, de production de logements dédiés aux personnes sans domicile correspond à une réalité qui devient de plus en plus pressante : les déplacements de personnes sans ressources, sans attaches, fuyant la misère, les discriminations et parfois les guerres, qu’elles soient issues du territoire français ou d’autres pays augmentent de façon exponentielle. Ne pas y faire face revient à fuir un processus qui n’ira qu’en amplifiant dans les prochaines années et qui constituera une sorte de bombe à retardement. Le besoin de logements trouve donc sa réponse dans la densification, qui sera d’autant plus facile à assumer et à faire accepter que la qualité architecturale et énergétique des logements, à vocation sociale ou non, ira de pair avec la valorisation du patrimoine industriel de la ville. Les coûts qui en résultent doivent être analysés avec des nouveaux critères : valorisation de nouveaux métiers non délocalisables (comme ceux du bâtiment), soutien à une économie qui tourne le dos au gâchis énergétique et au productivisme (le plus vite, le moins cher, le plus jetable), valorisation du développement de filières nobles de maintenance et d’entretien des bâtis neufs et à rénover.

Par ailleurs, si la suppression du COS favorise la densification urbaine, ce qui nous semble pertinent, il n’en demeure pas moins que les projets de poursuite de l’urbanisation sur une zone de 160 ha peuvent aller à l’encontre des principes de l’ECO-PLU quant aux effets négatifs d’un étalement urbain qui se poursuivrait inexorablement. Cela irait également à l’encontre du développement des filières maraîchère et fruitière locales. A cet égard, il serait pertinent de solliciter des études analysant à la fois les effets de la politique de réduction des logements vacants en cours et ceux des opérations urbaines actuelles afin de réorienter plus finement l’urbanisation écologique de la villeDes.

Réorienter la politique des déchets

Une ville dense produit des déchets. Les progrès en matière de recyclage sont notables. D’ici 20 ans, l’incinérateur qui brûle les déchets non valorisables sera obsolète. De plus, selon les critères écologiques, il n’a pas vocation à perdurer. Si le PLU n’est pas compétent sur la question des déchets, il a l’obligation de prévoir des systèmes de stockage des différentes catégories des déchets collectés. La valorisation de stations de compostage dans les nouveaux quartiers va dans ce sens. Il serait judicieux d’intégrer le principe de cette action sur l’ensemble du territoire communal avec des déclinaisons propices à chaque quartier. Les débouchés quant aux sources de méthanisation issue des déchets organiques sont aussi à inscrire dans l’ECO-PLU.

Une valorisation de la réduction drastique des déchets en amont contribuerait à une économie d’énergie importante, de même que la diminution d’émissions de GES. La Ville doit porter la programmation de la réorientation de la politique des déchets avec les autres collectivités qui dépendent de l’incinérateur. L’ECO-PLU peut en jeter les bases.

Une place plus importante pour le vélo

La concertation est un outil efficace quand les citoyens et les associations s’en servent. Ainsi, on ne peut que se féliciter de la prise en compte des propositions concernant la place du vélo faites par plusieurs associations qui promeuvent son usage et la facilité de celui-ci. D’autant que le Grand Dijon, en tant qu’adhérent du Club des Villes et Territoires Cyclables accueillera le prochain Congrès du Club en 2011. La part modale de la voiture individuelle sera diminuée grâce au remplacement des normes minimales envisagées pour le stationnement par des normes maximales, que ce soit pour l’habitat, les commerces, les activités artisanales et de bureau. C’est le seul levier pour assurer l’objectif de 30% de part modale pour le vélo sur les trajets domicile/travail. C’est aussi une condition incontournable pour que le recours au futur tramway et que l’extension au réseau global rénové des transports en commun soient un réel succès. Ce que nous portons résolument en tant qu’élus Verts.

La qualité de l’air

5. Avec l’application des intentions de l’ECO-PLU, la qualité de l’air doit s’en trouver nettement améliorée. Il serait pertinent d’en avoir des photographies à intervalles réguliers au fur et à mesure de l’avancée des projets. Atmosf’air doit être mis à contribution de façon officielle en partenariat avec les services portant les différentes thématiques du PLU.

L’ECO-PLU nécessite, en regard des enjeux actuels et à venir, des co-élaborations à plusieurs niveaux : habitants, élus, services, consultants... à des moments différents. L’étape d’aujourd’hui doit permettre d’affiner les objectifs et de les mettre en cohérence. Les citoyens et habitants sont prêts aux changements nécessaires. Ceux-ci seront d’autant positifs qu’ils sont portés par des actions cohérentes et de qualité conformes au projet politique annoncé.

Qui plus est, la ville devra présenter son PLU aux autres communes du SCOT et au Grand Dijon : elle devra, de par son envergure et ses moyens, présenter un Eco-Plu à la hauteur de son ambition affichée.

Catherine Hervieu

Top
Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or | L’ours
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon