EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

CONSEIL d’AGGLOMERATION du 17 DECEMBRE 2009

Convention foncière et d’études avec la SAFER de Bourgogne

samedi 2 janvier 2010

Une convention qui mélange tout et qui ne répond pas aux besoins des consommateurs et des porteurs de projets de production bio maraîchère locaux et régionaux. Portée par un élu du Modem et mise au vote par le président du Grand Dijon malgré l’intervention de Catherine Hervieu, cette convention traduit bien la ligne de clivage entre les écologistes et les autres formations politiques.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Monsieur le Président, chers collègues

Ce projet est pour le moins curieux, pavé sans doute de bonnes intentions, avec reprise de certaines propositions que j’avais émises lors du débat sur le contrat d’agglomération, notamment la prise en compte d’une demande citoyenne de consommer des produits frais autrement... Pour autant, ce projet reste une sorte de fourre-tout dont on ne voit pas les débouchés concrets.

  • en premier lieu, le projet de convention octroie une subvention-non négligeable- puisqu’il s’agit pour la SAFER d’être rémunérée pour ce qu’elle est censée faire.
  • deuxièmement, ce n’est pas à la SAFER ou au Grand Dijon de créer des Amaps, celles-ci s’organisant à partir des consommateurs eux-mêmes. Nul besoin des pouvoirs publics pour cette partie. De plus, il faut rappeler que les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne se sont développées pour à la fois valoriser la relocalisation de la production maraîchère et fruitière et le développement de la production bio. Evoquer les Amaps sans référence à la bio est un non-sens. La certification Bio est une garantie de qualité pour le consommateur. Je renvoie aux 1000 familles de l’agglomération et des environs en attente d’un fournisseur bio.

2010 sera l’année internationale de la biodiversité. Les agriculteurs et les maraîchers bio, ceux qui veulent s’y convertir ont toute leur place à prendre pour la sauvegarde de celle-ci. C’est pour cela que le soutien des collectivités pour l’agriculture bio est essentiel. Les impasses d’accès aux terres pour les producteurs bio en quête de foncier méritent qu’on s’y penche autrement que ce que la convention stipule. Je propose à Monsieur Bordat de renconter le Collectif Urgence Bio21 qui travaille sur cette question depuis plusieurs mois. De redéfinir le projet en y intégrant les acteurs directement concernés que sont les producteurs et les consommateurs. Cela créera de meilleures conditions pour finaliser les objectifs affichés. Plutôt que voter cette convention en l’état, je propose qu’on la reporte et qu’elle soit retravaillée à partir des pistes que je viens de définir.

Catherine Hervieu

http://dijon-ecolo.blogspot.com

Top
Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or | L’ours
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon