EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Politique énergétique

ATTAC : Pour un vrai débat et un moratoire sur l’avenir du nucléaire !

Communiqué d’ATTAC France (octobre 2003)

jeudi 30 octobre 2003

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article


COMMUNIQUÉ D’ATTAC FRANCE

Dans sa réunion des 18 et 19 octobre 2003, le Conseil d’administration d’Attac France a décidé (comme de nombreuses associations de défense de l’environnement et des syndicats l’ont déjà fait) de demander un moratoire à toute décision gouvernementale de mise en chantier de nouvelles tranches électronucléaires de type EPR (european pressurized water reactor) en France.

De telles décisions ont été annoncées pour la fin de l’année 2003 ou le début de l’année 2004, prétextant une situation d’urgence à l’horizon 2010 dans la sécurité de l’approvisionnement en énergie électrique en France.

  • Les projets en matière d’énergie impliquent des choix à très long terme, la durée de vie d’une centrale est, suivant les hypothèses, comprise entre trente et soixante ans, des décisions dans ce domaine engagent donc les générations futures. Bien que ne rejetant que peu de gaz à effet de serre, les techniques nucléaires posent des problèmes environneme ntaux et de société (sécurité des installations) bien connus et à bien plus long terme encore. Toute décision dans ce domaine ne peut être prise qu’à la suite d’un débat démocratique le plus large possible, engageant toutes les composantes de la société.
  • De l’avis même des experts qui se sont penchés sur cette question, la situation d’urgence semble sujette à caution et dépendre fortement des scénarios envisagés tant dans les méthodes de production que dans les mesures de maîtrise de la consommation qui pourraient être prises. L’énergie électrique ne peut être isolée de l’ensemble des besoins en énergie, incluant le chauffage des locaux et les transports.
  • Nombre de déclarations officielles laissent penser que l’urgence de la mise en chantier de nouvelles centrales électronucléaires est fortement suggérée par ceux qui voudraient voir se constituer un pôle industriel privé, spécialiste mondial dans ce domaine, autour d’Areva, qui perdrait son caractère d’entreprise à capitaux publics par un désengagement de l’état au profit des marchés boursiers au cours de l’année 2004, et de groupes privés comme Siemens. Les marchés visés sont l’Europe (Finlande, Europe centrale) et les pays émergeants d’Asie (Chine, Inde). Le rôle des futures centrales envisagées serait de servir de démonstrateurs commerciaux pour ces sociétés.
  • La privatisation des sociétés chargées de la fabrication et de l’entretien des réacteurs pose de multiples questions concernant la sécurité, ne nous trouverions pas en face d’une privatisation de la rente accompagnée d’une socialisation des risques ?
  • Les questions énergétiques se posent à l’échelle mondiale, nous ne saurions restreindre le débat à des choix technologiques nationaux, l’avenir de la planète est en jeu.

Pour remettre la démocratie dans le débat, Attac a décidé de mettre en place un groupe de travail sur l’énergie. Ce groupe de travail sera constitué autour du conseil scientifique d’Attac, du conseil d’administration et des comités locaux. Il réunira des représentants des principaux acteurs dans les domaines de l’énergie, du développement durable et des services publics : associations, organisations non gouvernementales et syndicats impliqués dans ces domaines. L’objectif de ce groupe est de relancer dans la société française un grand débat démocratique. Un tel débat avait été annoncé par le gouvernement pour le début de l’année 2003, mais il a plus ressemblé à une entreprise de communication des ministères et des entreprises concernées qu’à un réel débat démocratique.

L’énergie est un bien commun de l’humanité, sa gestion ne saurait donc être confiée sans contrôle citoyen à des firmes multinationales.

Attac, Paris, le 29 octobre 2003.



Voir aussi :

Mot-clé :
Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon