EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

CONSEIL MUNICIPAL du 28 JUIN 2010

Après le Creuzot : le devenir de familles Roms à Dijon ?

vendredi 23 juillet 2010

Des familles Roms vivent depuis longtemps à Dijon au gré des opportunités, dans une précarité renforcée par les mesures transitoires que la France a adoptées quand la Roumanie et la Bulgarie sont entrées dans l’Union Européenne en 2007. La solidarité concrète auprès des familles a pu s’organiser ces derniers mois grâce à un travail associatif au quotidien, exemplaire. C’est ce que Catherine Hervieu a voulu faire savoir aux membres du Conseil municipal et aux dijonnais lors du rapport n°12 : Reconversion des friches militaires "Etamat", "Petit Creuzot", "Bonnote" et des anciennes minoteris. Périmètre de ZAC : retrait du "Petit Creuzot".
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article
Monsieur le Maire, chers collègues, Le site du Creuzot, qu’il soit petit ou grand, a fait parler de lui ces derniers mois du fait de son occupation par les familles Roms, occupation, comme vous le savez, qui a été autorisée légalement et temporairement par un jugement en date du 11 décembre 2009. Les dernières familles qui y vivaient ont été expulsées vendredi dernier de façon tranquille et ont été relogées dans divers lieux (Sadi Carnot, hôtel, Foyer Blanqui...). Je veux souligner la qualité de l’accompagnement des familles du Creuzot assuré par toute une équipe de bénévoles issus du Collectif dijonnais de soutien aux Roms et de l’Association dijonnaise de soutien aux Roms. Cet accompagnement a été reconnu aussi bien par les services de la Préfecture, du Conseil Général que par le CCAS lors des audiences qui ont eu lieu avec ces 3 instances en avril dernier. Le savoir faire et la réactivité déployés par le Collectif et l’Association tout au long de ces derniers mois a permis d’éviter des drames humains. Reposant sur du bénévolat, cela n’a rien coûté en argent public. Certaines personnes ont obtenu des autorisations de travail et ont trouvé du travail ce qui facilite l’accès au logement. D’autres sont reparties en Roumanie. La situation dans ce pays, pour les Roms, y devient dramatique : durcissement des discriminations, résurgence des progroms. C’est pour cela que les populations fuient avant tout et pas pour un supposé "mirage économique" qu’elles trouveraient en France, et à Dijon. La ville est engagée dans la lutte contre les discriminations de ses habitants, certains élus n’hésitent pas à s’impliquer dans le soutien aux sans-papiers. C’est à faire valoir. La cohérence de ces engagements avec une réflexion concrète quant à l’accueil des Roms, citoyens européens -faut-il le souligner ?- doit être de mise. D’ici quelques semaines, ce ne sera certes pas au Creuzot, petit ou grand, que des familles Roms s’installeront. Il serait judicieux que l’accompagnement bénévole à l’oeuvre jusqu’à présent puisse être complété de façon plus active par les institutions concernées. Catherine Hervieu

Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon