EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

ELECTION EUROPEENNE 2004

Synthèse des réunions dans le Grand-Est

par Catherine Hervieu candidate bourguignonne à la candidature

vendredi 7 novembre 2003

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La réunion de Metz pour la région Lorraine a eu lieu le 4 octobre avec une vingtaine de présents pour écouter et débattre avec : Catherine Hervieu, Marie-Anne Isler-Béguin, Jean-Patrick Masson, Claude Mercier, Kamel Mouhoubik, Mezhoura Naït-Abdelaziz. Yann Wehrling a pu nous rejoindre à l’issue de l’AG régionale d’Alsace qui se tenait le même jour.

La réunion de Reims pour la région Champagne-Ardennes a eu lieu le 11 octobre avec une quinzaine de participants et les 7 candidats déjà présents à Metz.

La réunion de Besançon pour la région Franche-Comté a eu lieu le 15 octobre avec une vingtaine de présents et 6 candidats : Antoinette Gillet, Catherine Hervieu, Marie-Anne Isler-Béguin, Jean-Patrick Masson, Claude Mercier, Kamel Mouhoubik.

La réunion de Dijon pour la région Bourgogne a eu lieu le 18 octobre avec 25 participants environ et 9 candidats : Antoinette Gillet, Catherine Hervieu, Marie-Anne Isler-Béguin, Jean-Patrick Masson, Claude Mercier, Kamel Mouhoubik, Mezhoura Naït-Abdelaziz, Charlotte Seitz, Yann Wehrling.

La réunion de Strasbourg a eu lieu le 21 octobre avec une quinzaine de participants et 5 candidats : Catherine Hervieu, Marie-Anne Isler-Béguin, Claude Mercier, Kamel Mouhoubik, Yann Wehrling. Mezhoura Naït-Abdelaziz nous a rejoint sur la fin.

1. Les thèmes récurrents : Au cours des différentes réunions sont apparus des thèmes récurrents qu’il semble important de faire remonter.

  • L’attente très forte de la position officielle des Verts concernant le traité constitutionnel. Dans chaque réunion, il y a eu des débats très riches sur ce sujet. Il en ressort que pour faire une campagne forte et cohérente, nous devons très vite affiner cette question au sein du parti et afficher une position commune et claire.
  • L’idée du référendum est intéressante sous plusieurs conditions : qu’il se déroule au même moment dans tous les pays ; qu’il ne se téléscope pas avec les élections elles-mêmes ; que les Verts puissent anticiper aussi ces débats et la stratégie qui en découle afin d’être prêts pour la campagne officielle.
  • L’élargissement à 25 pays suscite des interrogations : comment cela va-t-il se passer ? quid du devenir de l’agriculture des pays entrants alors que les partis Verts n’y sont pas encore bien implantés ?...
  • La politique étrangère de l’Europe : comment la mettre réellement sur pied ? Mettre en avant une politique européenne de coopération euro-méditerranée…
  • La création officielle du Parti Vert Européen en février : comment les contenus programmatique interne aux Verts européen vont-ils être élaborés ?
  • Mobilisation de la population pour la participation aux élections : faire reculer l’abstention. Travailler l’articulation régionales/européennes.
  • La campagne : consensus très fort pour avoir les mêmes supports de campagne dans tous les pays européens pour les Verts (affiches, logos, graphies,…).

2. Les candidats, ébauche d’une équipe : Même si cela a pu être compliqué pour certains d’entre nous de nous déplacer dans les 5 régions, même si au-delà de la consultation nous savons que les désignations se feront par la commission électorale des 21, nous tenons à souligner les aspects positifs de ces rencontres.

  • Opportunité pour chacun d’entre nous d’aller dans des régions qu’il ne connaissait pas forcément, d’aller à la rencontre d’autres adhérents que ceux de sa région d’origine.
  • Dès la 2e réunion, il y avait déjà une certaine connivence entre les différents candidats présents : nous avons appris à nous connaître, à mesurer nos approches de l’Europe forcément différentes et souvent complémentaires. L’ébauche de l’équipe qui fera campagne pour le Grand-Est a sans doute démarré au cours de ces 5 réunions, quel qu’en soit l’ordonnancement au final : en tout cas, nous avons eu plaisir à nous retrouver au fur et à mesure, et ce travail préalable peut faire gagner du temps et de l’efficacité pour une campagne qui devra être dynamique.
  • L’aspect formateur est aussi à souligner : il s’agit d’affiner nos argumentaires, de les enrichir, de continuer à se documenter. A un niveau personnel, à un niveau collectif.
  • Dans les régions, ces réunions auront été l’occasion de commencer à aborder ces élections (qui sont masquées pour l’instant par les préparatifs des régionales), les thèmes qui en découlent de telle sorte que les adhérents et les militants se les approprient (cf plus haut).

Rédigé par Catherine Hervieu, le 27 octobre 2003.


Top
L’ours | Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon