EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

Conseil de Communauté du 16 février 2012

Proposition d’adhésion de la Communauté de l’Agglomération Dijonnaise au Pacte d’Istanbul pour l’eau

Intervention de Catherine Hervieu

samedi 11 février 2012

L’Eau ne doit pas être un bien marchand. L’Eau est un bien commun de l’Humanité. L’adhésion de notre agglomération au Pacte d’Istanbul, nous fait entrer dans une démarche peu contraignante de protection de l’eau, puisque basée sur le volontarisme de chacun. Néanmoins, elle peut être l’occasion de confronter les différents points de vue notamment à l’occasion du Forum Alternatif Mondial de l’Eau.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Monsieur le Président, chers collègues,

Je voulais attirer votre attention sur la formulation du rapport qui dit : « un des résultats du 5e forum qui s’est déroulé à Istanbul en 2009, a été l’adoption par les collectivités locales d’un « Pacte d’Istanbul pour l’Eau » qui reconnaît l’importance de l’eau comme bien public et la nécessité de bien la gérer pour garantir un bon accès des populations à ce bien précieux. » Présenter l’eau comme un « bien public » et non un « bien commun » pourrait exclure de fait la reconnaissance de l’eau comme patrimoine commun de l’Humanité.

L’Eau, patrimoine commun de l’humanité

L’emploi des termes n’est pas anodin : en effet, il faut rappeler que le 5e forum d’Istanbul s’était conclu par le refus de reconnaître, dans la déclaration finale, le droit de l’eau comme un droit fondamental. Et c’est l’ONU, en 2010, qui a reconnu ce droit fondamental, à l’initiative notamment de l’État Bolivien.

En même temps, le texte du pacte précise soutenir l’initiative de la Commission des Droits de l’homme de l’ONU sur le droit à l’eau. Ce qui est une avancée. Toutefois cela reste laborieux car les documents du Forum Mondial de l’Eau continuent de présenter l’eau comme un bien public et, par déduction un bien marchand.

Un pacte peu contraignant basé sur une démarche volontaire !

Soulignons aussi l’absence d’objectifs réellement contraignants. C’est sur la base volontaire que repose la démarche. Ainsi, les cibles et les mesures du Pacte d’Istanbul pour les collectivités locales recouvrent celles que le Grand Dijon s’est fixées : réduction des consommations, collectes des eaux de pluie, recyclage des eaux usées, protection de l’environnement et des milieux aquatiques.

PDF - 1.1 Mo

C’est pourquoi, nous pourrions accompagner l’adhésion à ce pacte, des démarches suivantes :

  • œuvrer pour que le forum officiel de l’eau soit organisé par l’ONU afin de gagner en légitimité et en efficacité, et de voir ainsi la place faite aux multinationales de l’eau fortement réduite.
  • réaffirmer que l’Eau n’est pas un bien marchand.
  • soutenir aussi le Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME)qui se déroule à Marseille en parallèle au Forum Mondial de l’Eau (FME). Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau a vocation à élaborer et promouvoir une gestion écologique et démocratique de l’Eau. Il est un espace de discussion, de diffusion de l’information mais aussi de recueil d’expériences, de témoignages, de réflexions des différents acteurs et de la population, ouvert au plus grand nombre et permet une confrontation des analyses et des solutions.
  • travailler à la participation du Grand Dijon aux deux prochains Forums de l’eau, le FME et le FAME qui vraisemblablement poursuivront leurs travaux à l’issue des rencontres de Marseille. Pour confronter les analyses, les solutions dans la diversité des points de vue tout en défendant le principe inaliénable que l’eau est un bien commun et non une marchandise.
Mot-clé :
Top
Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or | L’ours
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon