EELV-Côte d'Or EELV-Côte d'Or

CONSEIL MUNICIPAL du 18 MARS 2013

Un Plan de Protection de l’Atmosphère, une base à approfondir...

Avis du CM sur le Plan de Protection de l’Atmosphère

lundi 25 mars 2013

Ce Plan de Protection de l’Air est une avancée et montre une amélioration globale. Toutefois, il présente un certain nombre de limites et pourrait être amélioré sur un certain nombre de points que nous soulignons...
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Il faut se féliciter de ce PPA qui est une première avancée dans le cadre proposé. Le rapport montre une amélioration globale. On voit aussi que les polluants sur l’aire urbaine de Dijon proviennent des voitures et autres camions. Les chantiers, notamment ceux liés au tram, avec les différents reports de la circulation ainsi que les données selon les horaires ont permis de le démontrer. Or la comparaison des différents modes de déplacements entre 1997 et 2009 montre un croissance de l’usage de la voiture particulière, une baisse des usages de la marche à pied, du bus et une légère hausse de celui du vélo. Ces parts modales qui peuvent interroger quant à l’efficacité des politiques déplacements mises en place depuis 2001 doivent être pondérées par deux autres facteurs : d’une part l’augmentation de la population et d’autre part le toujours plus de personnes entrant sur l’agglomération pour y travailler chaque jour.

Ce qui m’amène à souligner la nécessité d’une articulation plus fine avec la Région et le Conseil Général. Si une partie du département est en train de devenir le dortoir de l’agglomération dijonnaise, on en voit les conséquences en terme de flux de voitures sur les axes bien identifiés : Plaine de la Saône/Dijon, Is-sur-Tille/Dijon, Mirebeau/Dijon etc... Ce qui n’apparaît pas de façon explicite dans les préconisations.

Il est fait état du développement des plans de mobilités entreprises. Très bien. Que l’État dans sa démarche exemplaire incite également ses administrations déconcentrées dans la ville préfecture à s’engager dans ces plans.

Autre point, il est fait référence à la situation « intermédiaire » 2x1 voie de la LINO. Pour des questions de cohérence quant à la démarche de préserver la qualité de l’air, la LINO doit bien rester à 2x1 voie. Sans même évoquer la question des coûts (p77)

Au sujet des dispositifs liés au vélo, ajouter dans le rapport la mise en place du service de location longue durée, Divia Vélo qui offre un service au-delà du centre-ville ce que ne permet pas Vélodi (p79).

D’une façon générale, le plan se situe dans une approche plutôt réparatrice, certes nécessaire mais qui du coup aborde peu les actions préventives.

Ainsi pourquoi ne faire des contrôles de véhicules que lors des pics de pollutions ? L’information sur les panneaux lumineux de la qualité de l’air doit être quotidienne et non pas que lors des pics (p113).

Il reste le débat sur les différents seuils acceptables en terme de santé publique et d’environnement selon les molécules. En effet, avoir en tête que les seuils varient selon les contextes (à Fukushima, le seuil toléré en Becquerel) a été relevé depuis le 11 mars 2001) et aussi qu’en terme de santé publique, on s’intéresse de plus en plus aux effets de l’accumulation des petites doses dans l’organisme.

Il est évident que ce document est appelé à évoluer, ne serait-ce que pour la prise en compte des changements liés au tram, au nouveau réseau de bus et aux différents aménagements cyclables. Faisons en sorte que l’enquête publique soit un moment d’information et d’appropriation par un public le plus large possible sur un sujet aussi essentiel.

Catherine Hervieu

Top
Présentation Europe Ecologie Côte-d’Or | L’ours
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts de Côte d’Or - 23, rue Saumaise 21000 Dijon